Guérir d’un traumatisme grâce à l’EMDR

test
le 5 octobre 2019 par Solenn

L’histoire de Sally

Sally avait 37 ans lorsque sa vie a basculé. Du jour au lendemain, son compagnon, Christophe, est parti, la laissant seule avec ses deux enfants, Charlie et Simon, respectivement âgés de 10 et 7 ans. Son monde venait de s’écrouler, mais Sally devait seule assumer toutes les responsabilités et les prises de décisions.

Pendant de nombreux mois, Sally a mis sa vie entre parenthèses, le choc avait été si soudain et si brutal. Elle a donné la priorité au bonheur, au confort et à l’éducation et de ses enfants, oubliant ses propres manques et ses douleurs. Pourtant les séquelles laissées par ce départ précipité étaient encore bien présentes.

Ne pas tomber en dépression

Le chemin vers la renaissance

Puis, elle a accepté d’être suivie par une psychologue. La douleur s’atténuait au fur et à mesure, parler la libérait, mais ce n’était pas suffisant. La douleur était toujours enfouie, prête à resurgir à la moindre baisse de moral, au moindre problème.

C’est alors qu’elle a rencontré Sandrine, professeur de yoga et de méditation. Sa peine était encore très présente. Quelque temps auparavant elle avait dû avoir recours à la méditation pour atténuer sa douleur, plutôt que de tomber dans la dépression. Avec Sandrine, Sally a recommencé à prendre soin d’elle en pratiquant régulièrement la méditation aux bols tibétains. Petit à petit, elle a ressenti le besoin de continuer à avancer, pour son bien et celui de ses enfants. Elle a ressenti le besoin d’accepter ce qui s’était passé et d’accueillir le présent pour se reconstruire.

Plus de deux ans s’étaient écoulés. Sur les conseils de Sandrine, Sally s’est alors tournée vers une thérapie brève, l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) aussi appelée désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires.

Qu’est-ce que l’EMDR ?

Il s’agit d’une technique thérapeutique qui utilise principalement le balayage oculaire comme porte d’entrée vers l’inconscient pour le retraitement de l’information sensorielle. Cette technique permet de traiter les traumatismes de plus ou moins grande ampleur.

Guérir par le mouvement oculaire

Le déroulement de la thérapie EMDR

La première séance a été consacrée à une prise de contact avec le praticien. Pendant une heure, Sally et lui ont fait connaissance. Il s’agissait pour le praticien d’instaurer une relation de confiance et d’expliquer en détail comment allaient se dérouler les séances suivantes. Dans le cas de Sally, 3 à 4 séances seraient nécessaires. Le praticien expliqua qu’elle allait devoir revivre son traumatisme du début à la fin en se remémorant les images, les sons, les odeurs…. Tous les souvenirs en lien avec son traumatisme devaient être mis en lumière.

La seconde séance commença par l’application de l’EMDR dans l’ici et maintenant. Le praticien interrogea Sally sur ce qu’elle ressentait au moment présent. Un peu angoissée par ce qu’elle allait vivre, Sally précisa qu’elle avait mal au ventre. Le praticien lui demanda de se concentrer sur les mouvements de son stylo, de les suivre de la gauche vers la droite, puis de la droite vers la gauche sans jamais fermer les yeux, ni bouger la tête. Sally ferma ensuite les yeux afin de sentir les modifications dans son corps. Elle ne ressentait plus ce nœud dans son ventre. C’était comme s’il s’était évaporé.

La séance commença réellement lorsque Sally entama le récit de son traumatisme. Assise, les yeux fermés, les mains sur les cuisses, elle se mit à raconter le début de ce douloureux épisode. Les premières larmes coulèrent. Elle revivait intégralement les scènes de cet événement qui se déroulaient sous ses yeux. Les images, les sensations, … Sally éprouvait à nouveau tout ce qu’elle avait ressenti plus de deux ans auparavant. Le praticien l’arrêta dans son récit, lui fit rouvrir les yeux et la fit suivre de nouveau le mouvement de son stylo. Petit à petit, la culpabilité, la colère, la tristesse se dissipaient. Le praticien lui demanda de continuer son récit toujours les yeux fermés et les pieds bien ancrés dans le sol. La séance se déroula ainsi pendant une heure, alternance de récits, de pleurs et de balayages oculaires.

La troisième et la quatrième séance se déroulèrent de la même manière. Sally replongea dans son traumatisme. Elle continua de raconter en détail cet épisode douloureux de sa vie, de voir défiler des images, d’éprouver des sensations bouleversantes. Chaque séance était chargée en émotions. Pourtant, au fur et à mesure qu’elle avançait dans son récit, Sally se sentait plus légère, comme libérée d’un poids. La réalité de son traumatisme et son souvenir étaient toujours présents, mais différemment. Sally acceptait mieux la situation, elle arrivait à pardonner et à se pardonner.

À la fin de la quatrième séance, Sally était prête à aller de l’avant et à entamer une nouvelle thérapie, mais cette fois-ci pour soigner ses maux intérieurs, pour se retrouver, Elle !

Rédigé par : Solenn Broquet
Recommandez l'article :
Recommandé à 50%

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Happiness Avenue

Tout ce dont tu as besoin viendra à toi au moment parfait.

A bientôt sur happiness-avenue.com !